L’ADULTÈRE OU LA FORNICATION (AZ-ZINA)

Bismillâhi r-Rahmâni r-Rahîm

 

Sans titre-1

 


Que dit l’Islam sur l’adultère et la fornication ?


Toutes nos louanges sont à Allah. Nous le louons, nous implorons son secours. Nous cherchons refuge auprès de Lui contre le mal de nos âmes et les conséquences de nos mauvaises actions. Celui qu’Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui qu’il laisse dans l’égarement ne saura trouver de guide en dehors de Lui. J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’être adoré si ce n’est Allah. Et j’atteste que Mohammad (Paix et salut de Dieu sur lui) est son envoyé et son messager. Que sa paix et sa grâce se déversent sur lui, sa sainte famille, ses fidèles compagnons et sur tous ceux qui suivront leurs exemples jusqu’au jour du jugement dernier.

L’adultère (avoir des relations sexuelles avec une personne autre que son conjoint en dehors du cadre du mariage) et la fornication (avoir des relations sexuelles hors du cadre du mariage) sont tous deux désignés par le terme arabe « zinâ« . Le « zinâ », sous toutes ses formes est strictement interdit en Islam et est considéré comme un péché capital.

Allah dit à ce sujet dans le Qour’âne:« Ne vous approchez pas de la fornication. C’est une abomination et une voie pleine d’embûches ».(Verset 32 / Sourate 17). Ce qui est à noter de ce passage du Qour’âne, c’est qu’Allah n’y interdit pas seulement la fornication. Il interdit même de s’en approcher.

Il y a de multiples raisons qui sont à l’origine de l’interdiction de cet acte, mais les deux principales raisons sont les suivantes:

  • Tout d’abord, le « zinâ » fait disparaître la pudeur -notion morale essentielle pour toute société- et porte gravement atteinte à la dignité humaine –« al ghayrah »: Quel être humain digne apprécierait en effet que quelqu’un fasse le zinâ avec sa propre mère, son père, sa tante,  sa soeur,  son frère, sa fille ou son fils ?…
  • Ensuite, la fornication et l’adultère mettent tout deux en danger la sauvegarde de la pureté des relations filiales.

Pour se faire une idée de la gravité de ce péché en Islam, il suffit de se référer aux Ahâdîth suivants du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) : « Celui qui fornique n’est pas croyant au moment où il commet le zinâ… »  (Sahîh Boukhâri et Mouslim)

 « Lorsque le serviteur commet le zinâ, la foi sort de lui et se transforme en une sorte de nuage qui couvre sa tête… »  (Sounan Abî Dâoûd – Authentifié par Al Albâni)
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) raconte un de ses rêves (les rêves des prophètes sont véridiques) en ces termes: « Je partis en compagnie de Djibraïl (alayhis salâm) et de Mikhâïl (alayhis salâm), et nous arrivâmes à une place semblable à un four dont l’orifice était étroit tandis que le fond était vaste, d’où nous entendîmes un bruit confus. Nous regardâmes et nous vîmes des hommes et des femmes nus qui criaient et hurlaient lorsque la chaleur (des flammes)d’en dessous parvenait jusqu’à eux, et ce, en raison de sa (terrible) intensité ». 
  • Je demandai à Djibraïl (alayhis salâm): « Ô Djibrâïl ! Qui sont ces gens là ? »
  •  Il répondit: « Ils sont ceux ont commis le zinâ. Et ils recevront ce châtiment jusqu’au Jour Final. » (Boukhâri)

Dans un autre hadith, le Prophète nous parle de quelqu’un qui laisse de la viande fraîche pour aller manger de la viande qui est pourrie et il demanda à Jibril de lui expliquer ce qu’il voyait et Jibril lui répond : « celui-là avait une épouse dans le halal, il la laissait à la maison pour aller commettre l’adultère dehors dans le haram. »

Qu’Allah nous préserve tous de ces péchés et des ces châtiments!              Âmine.

Dans cette introduction, je vais insister sur le fait que l’Islam appelle le croyant et la croyante à être chastes.

Allâh a parlé de certaines personnes dans le Qour’âne qui propagent le « fâhisha », la turpitude; « al-munkar », le blâmable, et qui aiment voir le mal, la perversité et le blâmable parmi les gens en général et les musulmans en particulier.

Alors que « al-mou’mine », le croyant, est appelé à propager le bien, le convenable et la chasteté. C’est le rôle et le devoir de chacun et de chacune. Toute personne qui a un minimum le sens des responsabilités en tant que musulman doit participer par sa parole, par son comportement, par ses conseils et par tous les moyens licites à propager le bien, la chasteté, la pudeur. Et ce, dans un monde où l’on voit rarement de la pudeur ou de la chasteté, où l’on voit rarement ceux qui propagent ces valeurs sur lesquelles ont insisté le Qour’âne et notre Prophète (sallallahu alayhi wasallam).

Ceux qui n’ont pas les moyens de se marier doivent garder leur chasteté, qu’ils soient hommes ou femmes. Et nous allons voir ce hadith du Prophète qui est très célèbre : « Oh ! Vous les jeunes, ceux parmi vous qui êtes capables de se marier, qu’ils le fassent. Cela permet de préserver la chasteté du regard et également la chasteté des parties intimes en évitant l’adultère. Et celui qui ne peut pas, qu’il pratique-le jeûne » [ Rapporté par Al boukhari et Muslim ]

Aujourd’hui lorsque l’on parle de la chasteté ou la pudeur, c’est une terminologie rare et qui est peut-être mal vue par beaucoup de musulmans car si tu parles de ces sujets, on te traite de tous les noms : « non-civilisé,un arriéré, tu vis hors de la planète, d’où tu viens ? … »  Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui comme l’avait annoncé le Prophète (sallallahu alayhi wasallam) , le « munkar » (blâmable) » est devenu « ma’rouf » (le convenable), la « sounnah » est devenue « bida’ » (innovation).

Nous ce qui nous intéresse avant tout, c’est de plaire à Allâh . Même si toute l’humanité passe d’un côté et que toi tu passes de l’autre côté, le côté d’Allâh , de l’Islam et de la foi en l’occurence, c’est ça qui est important. Ce que pensent ou disent les autres ne doit pas t’empêcher ou te faire cesser de suivre la voie droite du Prophète  (sallallahu alayhi wasallam).

L’islam nous a ainsi appelé à être chaste et a d’ailleurs insisté sur cela dans plusieurs textes. Je vais vous donner quelques exemples de cette « ‘ifa » (chasteté) à laquelle nous appelle l’Islam:

La chasteté, c’est t’écarter de tout ce qui est illicite et notamment de la fornication. L’islam a mis des barrières entre l’homme et le haram et entre la femme et le haram pour garder cette chasteté.

Mais comme les choses aujourd’hui sont à l’envers et bien l’homme veut « exploser », il veut aller dans tous les endroits et tout se permettre de même que pour la femme. Et ce, au nom de la liberté, la liberté d’expression, la liberté de pratique, la liberté de tout ce que vous voulez, mais malheureusement, cette liberté n’a de limites que quand on parle de la religion.

En dehors de la religion, il y a des limites à tout mais quand on parle de religion alors on vous dit qu’il faut des libertés ! On ne vous dit pas qu’il y a une liberté totale dans le travail, ou dans la société où vous travaillez, ou bien à l’hôpital quand vous devez éteindre les cellulaires, etc… . Il y a des limites à tout et partout.

Mais quand on parle de religion on vous dit : « je veux ma liberté », « je suis libre », « c’est pas à toi de m’empêcher d’aller à tel endroit », « laisse-moi vivre ma vie » Soubhan Allâh ! (Gloire à Dieu)

Il y a des femmes mariées qui ont fait des dégâts, des hommes mariés qui ont détruit des familles, des jeunes qui commettent l’adultère et la fornication comme ils respirent. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas la crainte d’Allâh . C’est un monde de « shahawat » (les passions). Chacun pense à ses passions, comment satisfaire ses désirs et ses plaisirs.

_Allâh , on l’oublie. _ Allâh , c’est dans la mosquée. _ Allâh , c’est pendant le mois de Ramadhane. _ Allâh , c’est quand il y a un mort. Eh bien, dans la famille on met alors du Qour’âne! Mais dans la vie quotidienne, eh bien Allâh n’est pas là !

A l’école, c’est des shahawat. Dans la rue, c’est des shahawat. A la maison avec la télé, c’est des shahawat.

Le père ne dit rien, la mère non plus, les frères et sœurs ont une télévision dans chaque pièce, on reste dans la rue jusqu’à deux ou trois heures du matin, le samedi soir on prend la voiture pour aller dans les discothèques et puis on dit : « Moi, je suis musulman. » Et le mois de ramadhan, on met une djelaba pour venir à la mosquée, on prie…On prie mais on commet le haram, de grands péchés. Soubhan Allâh !

Tu as oublié l’histoire de ce jeune au temps de Prophète (sallallahu alayhi wasallam) ? Un jeune qui avait peut-être beaucoup de choses communes avec n’importe quel jeune d’aujourd’hui et qui est venu demander au Prophète (sallallahu alayhi wasallam) s’il pouvait commettre l’adultère ; rester croyant tout en commettant l’adultère :

-« Ô Prophète ! Autorise-moi a commettre la fornication ».

Le Prophète (sallallahu alayhi wasallam) lui dit : « Approche et assieds-toi. Aimerais-tu voir ta mère commettre la fornication ? »

-« Non ô Prophète et je suis prêt à sacrifier la vie de mes parents pour toi ô Prophète mais je jure par Allâh que je n’accepterai jamais de voir la mère dans une telle situation »

-« Il en est de même pour les autres. Ils n’aiment pas voir leur mère commettre l’adultère. Aimerais-tu cela pour ta sœur ? »

-« Non ô Prophète et je suis prêt à sacrifier la vie de mes parents pour toi ô Prophète mais je jure par Allâh que je n’accepterai jamais de voir ma soeur dans une telle situation »

-« Il en est de même pour les autres. Ils n’aiment pas voir leur soeur commettre l’adultère. Aimerais-tu cela pour ta tante paternelle ? »

-« Non ô Prophète et je suis prêt à sacrifier la vie de mes parents pour toi ô Prophète mais je jure par Allâh que je n’accepterai jamais de voir ma tante dans une telle situation »

Alors, à la fin, le jeune demanda des invocations au Prophète(sallallahu alayhi wasallam)  et le Prophète(sallallahu alayhi wasallam)  lui dit en priant Allâh :« Allâhoumma tahhir qalbah wa yghfir dhanbah wa hasin farjah wa janibhou al-fitna ) » « Oh Allah purifie son coeur, pardonne ses péchés, préserve ses parties intimes et épargne lui la tentation » C’est l’invocation du Prophète (sallallahu alayhi wasallam) pour un jeune qui voulait commettre la fornication.

La femme musulmane est devenue moins chère qu’une boîte de soda. Je ne parle pas des soeurs «mou’minate», croyante bien sûr.

Le jeune musulman quant à lui, est devenu comme un loup : au coin de la rue, il attend la moindre chèvre ou la moindre brebis qui passe. Des jeunes, à quatre ou cinq dans la voiture en train de tourner toute la journée tels des loups qui chassent. Ils chassent le haram… Ils cherchent à tomber sur les filles des musulmans ou même les autres qui ne sont pas musulmanes. Tu as oublié que cette jeune fille musulmane c’est la sœur ou la fille d’un frère et même si elle n’est pas musulmane, la fornication est un grand péché. Alors l’islam nous appelle à garder cette chasteté.

Voici l’histoire d’un homme arabe dans jahiliya (l’époque de l’ignorance), Uthman ibnu abî talha :


L’épouse de Abû Salama était une musulmane qui faisait partie de la première famille qui a fait hijra fi sabilillâh (émigration, hégire) de La Mecque vers Médine. Elle est cependant restée parce qu’elle a été retenue par son peuple qui n’a pas voulu la laisser partir. Elle avait un fils que la tribu de son mari avait gardé.

Donc le mari avait pu fuir à Médine, l’enfant a été pris par la tribu du mari et l’épouse est retenue par sa tribu. Au bout de presque une année, ils ont eu pitié d’elle et l’ont laissée partir pour faire hijra.  Alors elle a pris son enfant et elle est montée sur un chameau pour partir vers Médine.

Arrivée à un endroit, que l’on appelle aujourd’hui la mosquée de Aïsha, au nord de La Mecque un homme arabe qui s’appelle Uthmane ibnu talha la rencontra. Il n’était pas musulman. Il lui demanda où elle allait comme cela toute seule et elle lui répondit qu’elle allait rejoindre son mari à Médine. Alors il lui dit : « je ne te laisserai pas partir toute seule dans le désert, je vais t’accompagner jusqu’à rejoindre ton mari ».

Alors il l’accompagna sur le chemin jusqu’à Médine et elle raconte :  » Je n’ai jamais vu un arabe qui était aussi chaste que Uthmane ibnu abî talha . »

Il prenait les rennes du chameau et il avançait. Lorsqu’elle devait s’arrêter pour se reposer, pour manger ou autre chose, eh bien, il s’arrêtait et partait loin pour qu’elle descende faire ce qu’elle avait à faire puis elle remontait sur le chameau et c’était à lui de revenir de loin pour prendre la renne du chameau et repartir.

Il ne lui a pas adressé une parole de La Mecque jusqu’à Médine. Et lorsqu’il est arrivé à Médine, il parla et lui dit : « tu vois ce village devant nous, c’est là où tu trouveras ton mari ». Puis il est reparti.


Ça c’est la chasteté d’un arabe polythéiste, ignorant, non-musulman. Alors faites une comparaison entre les jeunes musulmans d’aujourd’hui et cet arabe qui était dans « jahiliya » (ignorance).

Si on confie à un jeune, une jeune fille pour l’accompagner sur une distance de quarante mètres et pas de cinq cents kilomètres, déjà, ses yeux vont se transformer en spirale… Vous n’avez qu’à regarder les réactions des jeunes lorsqu’ils entendent au son des talons de ses chaussures une jeune fille qui passe. Tu les vois comme une pendule : les yeux à gauche et à droite.

Pourquoi ? Parce que les cœurs sont remplis « de shahawate » (passions), remplis de péchés, ils sont vides (ou presque) de foi. Chacun ne pense qu’aux shahawate, on court derrières elles et on fait tout pour les atteindre. Tu commets la fornication … Saches que tu le payeras tôt ou tard. Et à ce propos, il y a une histoire que je vais raconter :


«Il y avait un commerçant très âgé qui avait un fils et une fille. Un jour il ordonna à son fils d’aller faire du commerce en dehors du pays. Cette histoire a eu lieu entre la Syrie et l’Iraq il y a très longtemps. Le vieil homme dit à son fils : « Crains Allâh pendant ton voyage et ne fais pas de tort à ta sœur. »

Le fils ne comprenait pas car sa sœur allait rester avec leur père. Quel tort aurait-il donc pu lui faire ?

Il a fait le voyage puis après quelques temps, il est revenu. Et dès qu’il est revenu, le père lui a dit : «Pourquoi as-tu touché une femme qui n’est pas ton épouse ? » Le fils a commencé à trembler car il n’y avait personne avec lui quand il a fait ça pendant son voyage. Il avait embrassé une fille. Comment le père a-t-il su que son fils avait fait cela ?

Une fois que le fils a avoué à son père, celui-ci lui dit : « Je l’ai su car pendant ton absence, l’homme qui nous apportait l’eau est rentré à la maison pour déposer les jarres remplies d’eau et tout d’un coup, il a embrassé ta soeur et s’est enfui. Je l’ai vu depuis le toit. Si tu avais fait pire que cela, eh bien lui aussi aurait fait pire. »


Donc, tôt ou tard, tu paieras par une femme de ta famille, ce que tu fais à une fille étrangère. C’est pour cela qu’il faut tirer des leçons de ce qu’on lit ou que l’on écoute.

Dans le Qour’âne nous avons l’histoire de Youssouf (sur lui la paix):

Youssouf était jeune, il avait une beauté incroyable, il était loin de chez lui, c’est-à-dire que personne n’allait lui faire de reproche ou de critique.

Il était à l’intérieur du palais, les portes fermées, la femme, très belle lui demande et insiste. La femme a du pouvoir et le menace de le faire jeter en prison s’il refuse de faire ce qu’elle lui demande. Elle ferme toutes les portes et lui demande de commettre l’adultère.

Est-ce que Youssouf a accepté de commettre l’adultère ?

NON. Qu’est-ce qui l’a sauvé ? Allâh .

Mais pourquoi ? Parce qu’il avait la foi, al-imane.

Celui qui craint Allâh , dans les moments difficiles, Allâh le sauvera.

Si dans ton habitude, tu crains Allâh , tu évites le « haram » (l’interdit) et bien le jour où tu seras mis à l’épreuve, Allâh t’affermira, c’est Lui qui t’aidera, c’est Lui qui te fera sortir de cette épreuve.

Mais quelqu’un qui se laisse jeter dans le « haram » à chaque fois, chaque jour, chaque moment, le jour où il sera mis à l’épreuve, même s’il demande protection à Allâh, il tombera quand même dedans. Allâh te laissera tomber sauf dans des cas rares où tu es vraiment sincère. Car c’est comme si tu te moquais d’Allâh : dans les moments difficile tu connais Allâh ou tu fais semblant de le connaître, tu fais semblant de le craindre mais le reste du temps tu ne Le crains pas.

Aujourd’hui, il n’y a plus cette chasteté. J’adresse cette parole à toute sœur musulmane et pas seulement à l’homme :    « Où est ta foi, où est ta pudeur, où est ta crainte d’Allâh ?

Prends l’exemple des épouses du Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  .» Aicha (radhiallahu anha), lors du pèlerinage, portait son hijab complet et dès qu’elle voyait un homme s’approcher, elle baissait son voile sur son visage, alors que elle est la mère des croyants, avec qui aucun homme n’aurait pu se marier avec elle après la mort du Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  . Soubhan Allâh !

Et maintenant, la femme musulmane demande à se dévêtir entièrement devant un homme sans qu’il y ait de nécessité (adh-dharora). Où est donc passée ta pudeur ?

C’est un grand péché et c’est pour cela que ce péché a une peine particulière en Islam. Il a des peines dans cette vie puis un châtiment dans la tombe et aussi le Jour du Jugement en Enfer.

Dans ce monde, pour celui qui commet la fornication, l’islam a institué des lois très sévères pour empêcher ce genre de péchés de se propager dans nos sociétés. Si c’est un jeune célibataire garçon ou fille qui commet la fornication, la peine en islam est de cent coups de fouets devant tout le monde afin que ceux qui y assistent en tirent des leçons.

Et si l’homme ou la femme sont mariés et commettent l’adultère alors la peine est la lapidation.

Est-ce que vous pourriez supporter ?   L’islam c’est la religion de rahma, de miséricorde.

Est-ce que Allâh ne sait pas ce qui est bénéfique pour l’être humain ? Est-ce que Allâh ne sait pas ce qui est mauvais pour l’être humain ? Alors pourquoi Dieu a-t-il institué une telle loi qui apparaît si sévère pour certains ? Allâh sait que c’est la solution à ce genre de virus.

Lorsque tu as goûté à tes passions au moment de l’acte et que la joie était dans tout ton corps, eh! bien tu vas goûter à la souffrance dans chaque partie de ton corps.

L’Imam Ahmad disait : « Je ne connais pas un péché qui est aussi grave après le meurtre que la fornication. »

Allâh a fait le lien entre la fornication et le « shirk billâh » (l’association) qui est le plus grand péché :

« Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur; et cela a été interdit aux croyants. » [ Sourate 24 – Verset 3 ]

L’islam a interdit toutes les voies qui mènent à la fornication et ceci est un point très important. Avant d’arriver à commettre la fornication, l’islam a fermé devant toi toutes les portes pouvant y mener.

Allâh te dit que tout ce qui mène à la fornication est « haram ». Quand tu prends le risque d’aller dans la voie du « haram », eh! bien tu tomberas dans le « haram ». Donc l’islam, dans cette conception des choses, a interdit les actes qui mènent à la fornication.

Si tu sais que prendre le chemin qui mène à la fornication te fait prendre un risque, eh! bien ne le prends pas.

Si tu sais que parler avec quelqu’un au téléphone présente un risque eh! bien ne le fais pas.

Si tu sais que si tu te trouves dans un certain endroit tu peux tomber dans le haram, alors n’y vas pas.

Si tu sais que si tu salues une femme musulmane en public (ce qui est permis) peut provoquer une fitna, ne le fait pas.

L’islam te ferme les portes, il ne te laisse pas planer dans « shahawat » (les passions) jusqu’à ce que tu tombes au fond des « shahawat » et que tu dises que tu vas « faire face ». Non ! Tu n’y feras pas face.

Le Prophète Youssouf a failli tomber dans le péché si Allâh ne l’avait pas sauvé parce qu’il avait la foi. Et nous, nous ne sommes pas Youssouf .

Alors l’islam nous a interdit toute voie menant au « haram »:


1-L’isolement avec une femme qui n’est pas ton mahram.


L’islam a interdit d’être isolé avec une femme pour laquelle tu n’es pas un mahram (peronne avec laquelle on ne peut se marier) , parce que cette situation mène à la fornication.

C’est l’islam qui ordonne de ne pas faire ça, à moins que tu ne saches mieux que le Prophète ?

Pour tout homme qui s’isole avec une femme, sachez qu’il y a un(e) troisième (personne) avec eux, c’est shaytan. Et comment arrive-t-il à les faire tomber dans le haram ? Par le « waswas », il suggère des choses à l’un et à l’autre jusqu’à vous faire commettre le haram.

Ne laisses pas la porte ouverte mon frère. Tu retires le toit de la maison et tu viens me dire : « il pleut, j’ai de l’eau chez moi ». Mais c’est normal ! Fermes les fenêtres, la porte et répares ton toit. Ne laisses pas des trous dans la maison pour laisser passer le haram.

Donc, il ne faut jamais s’isoler avec une femme qui ne t’est pas interdite comme ta mère, ta sœur, ta fille….


2- « At-tabarrouj »


C’est le fait de ne pas porter le hijab islamique. C’est un moyen parmi les plus forts de shaytan pour faire tomber les gens dans la fornication. Tu vois une jeune fille musulmane qui sort de chez elle maquillée, avec des vêtements comme si elle était dans la chambre à coucher avec son mari. Tu vas semer la tentation, le haram dans la société. Tu es maudite par Allâh . Où tu vas comme ça ? Coiffée, maquillée, vêtement serrés, micro-jupe… Où tu vas ?

Du premier pas que tu fais quand tu sors de chez toi jusqu’à ton retour tu es maudite par Allâh, par les Anges et par les gens.

Tu parles à son père, tu lui dis « O untel, regardes ta fille, toi tu pries, tu vas à la mosquée, pourquoi la laisses-tu comme ça ? » Il te répond : « Oui, mais elle travaille… »

Cela veut donc dire qu’on met l’argent d’un côté et la religion de l’autre et que ce qui pèse le plus lourd pour lui c’est l’argent. Il est prêt à vendre sa religion pour rien.

Tant que la fille lui rapporte de l’argent, tant que le chèque à la fin du mois tombe, il ne dit rien, ni la mère non plus d’ailleurs.

Qu’elle sorte travailler comme ça, dans le haram, le munkar ne lui pose pas de problème. Elle rentre du travail, elle s’assoit avec son père, sur le même fauteuil et le père qui lui dit « tabarakAllâh alayk ya bentî » (que la bénédiction d’Allah soit sur toi, ma fille).

Mais s’il a une autre fille qui pratique, qui porte le hijab et qui ne veut pas se mettre dans des situations où il y a le haram, là, toute la famille est contre elle. Et à chaque fois, la famille l’insulte, lui dit « regarde comment est ta soeur, elle travaille ma sha’a allâh, et toi regarde comment tu es habillé,tu es triste, toute seule, avec ton foulard sur ta tête…» C’est comme cela que parlent certains musulmans. Soubhâna Allah!

Quelqu’un qui envoie sa fille « mutabarrija » (sans hijab) dans la rue, participe à la propagation de la fornication et du haram. Il aime propager le munkar (le blâmable) et le haram. Et quelqu’un qui laisse sortir son épouse mutabarrija, participe aussi à la propagation du haram.


3) Le regard


Tu veux être préservé de la fornication ? Alors ne regardes pas le haram. S’il t’arrive de regarder le haram, de regarder une femme, l’islam te dit de ne pas faire suivre ton premier regard d’un deuxième. Le premier est toléré car il vient de l’erreur mais ce n’est pas une raison pour le faire durer.

Ma sha’a allâh, aujourd’hui il existe une mode en ce qui concerne les conférences : dès que tu rentres, tu vois un jeune et à sa droite une fille, à sa gauche une fille, devant lui une fille, et derrière lui encore une fille ! Et s’il y a une pause, tu vois un jeune et une fille, café à la main qui discutent ! Ils doivent discuter de « Sahih Al-Boukhari »…

Parfois, on voit même des sœurs mariées parlant avec des hommes eux aussi mariés, et ils « rigolent » ensemble. Et quand le frère en question rentre à la maison, pas un sourire à son épouse. Et quand la sœur rentre chez elle pas un sourire à son mari. Avec les autres par contre, ma sha’a allâh… !

Mais quel islam désires-tu ? Si tu veux un islam « cool », tu vas couler !

Donc faites attention au regard. Si tu prends l’habitude de baisser le regard face au haram, cela deviendra une habitude, tu le feras spontanément, inconsciemment.

Mais quand tu as l’habitude de regarder le haram, après, tu as envie de regarder le haram. Tu te dis que c’est la dernière fois que cela se produit mais tu recommences puis te dis encore que c’est la dernière fois et tu recommences encore et toujours et ainsi de suite mais ce n’est jamais la dernière fois. Mais si tu décides de t’en abstenir, tu prendras l’habitude et après tu seras tranquille. Tu auras la saveur de la foi dans ton coeur.


4) La télévision ou l’internet (réseaux sociaux)


Cela fait partie du regard mais je m’arrête quand même dessus.

Il y a aussi Internet. Il suffit de rentrer dans des clubs internet… Ma sha’a allâh….

Des jeunes, assis, qui écrivent des messages… Mais le pire, c’est qu’ils écrivent des messages « haram », regardent des choses « haram » et cela devant tout le monde. Cela ne leur fait rien du tout.

Mon frère, tu fais quelque chose de très grave ! Caches-toi, comme le dit le Prophète (paix et benediction sur Lui). Aie au moins cette pudeur, soubhan Allâh ! Va te cacher mon frère ! Quand le cœur est mort, c’est la pire des choses.

Quelqu’un qui commet le haram, il est conscient de ce qu’il fait mais il se cache, il ne veut être vu par personne. Son cas est beaucoup moins grave que celui qui le commet devant tout le monde.

C’est grave, très grave ! C’est un péché que de commetre un péché en public !

Quant à celui qui a une télé dans sa chambre, je lui donne un conseil, qu’il la fasse sortir.


5) La mixité interdite


Cela veut dire qu’il y a une mixité autorisée, comme celle qui était au temps du Prophète .

Par exemple, les femmes qui priaient derrière les hommes dans la mosquée sacrée de la Mecque…

Mais aujourd’hui, soit disant au nom de l’islam, comme je vous l’ai dit plus haut, il y a des jeunes discutant avec des filles, lors de conférences islamiques, de tout et de rien et qui vous disent : « Al-hamdulillâh, on a une bonne intention.»

Mais la bonne intention en islam ne t’autorise pas à être dans une situation interdite. Quand tu es avec une fille, tu ne peux pas me dire que tu as une bonne intention parce que la réalité prouve le contraire. Les jeunes qui fréquentent des filles, ça se termine par le haram (illicite) dans la plupart des cas, si ce n’est pas dans tous les cas. Et maintenant de plus en plus ça se termine par la fornication.

Il y a des femmes médecins musulmanes qui en ont témoigné et dit que chaque jour elle recevait des filles musulmanes qui leur demandaient de les aider à avorter d’une relation « haram ».

Et d’où cela provient-il ? De ce dont je suis en train de vous parler.


6) La musique et la chanson


Dans le Sahih-Al-Boukhari il y a un hadith où le Prophète (sallallahu alayhi wasallam) dit : « Il y aura des gens de ma communauté qui déclareront licites : l’adultère, le port de la soie pour les hommes, la consommation du vin et les instruments de musique.»

Tu prends une cassette et tu l’écoutes, en général ça parle d’amour. Et à quoi vas-tu penser ? Au haram. Comme le chanteur pense au haram, toi aussi, tu le suis, tu es influencé…


7) Le voyage sans mahram


Cela concerne le fait de faire un voyage pour un jeune garçon dans des endroits où il y a la tentation ou dans le cas d’une jeune fille, voyager sans mahram.

Le jeune qui va faire un voyage, il va choisir un pays en été pour passer des vacances, tout seul ou à deux ou trois pour aller en Thaïlande, ou à Tahiti ou je ne sais où. Quel âge ont-ils ? Dix-neuf, vingt-trois ans….

Pas mariés, pas de prière ou alors quelques fois. « Et tu vas où ? Passer des vacances à Tahiti pour découvrir la nature… ! »

Mon frère, tu vas faire une bonne découverte du haram.

Imaginez trois jeunes seuls dans un endroit où il y a la tentation. Que vont-ils en ramener ? Le haram.

Donc, évitez de faire ce genre de voyage. Et c’est pour cela que l’islam a interdit à la femme musulmane de faire un voyage sans mahram. Même si elle est très croyante, il y a des loups autour.

Elle peut être dans une situation qui va l’amener dans le haram, de gré ou de force. Evitez tout ce qui mène au péché.


8) Les proches du mari ou les proches de la femme


Dans les familles, qu’est-ce qu’il se passe ?

Et bien, le frère du mari rentre quand il veut, même si le mari n’est pas là, il rentre chez la femme pour boire un verre de thé et la sœur de l’épouse rentre même si l’épouse n’est pas là, alors qu’il n’y a que le mari. Et si tu demandes pourquoi ça se passe comme ça, on te répond que c’est la famille, on ne peut pas leur interdire. Et qu’est-ce qu’il se passe ? On se sert la main, on se fait la bise….

Arrêtez de commettre ces choses là, parce que ça va mener un jour ou l’autre à commettre le haram.

Quand on a demandé au Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  à propos des proches du mari comme le beau frère, il a répondu : « C’est la mort ».

Si tu laisses un proche qui n’est pas un mahram rentrer chez toi en ton absence, eh bien c’est la mort que tu as laissée rentrer chez toi.

Les dégâts sont très nombreux et sont :

  • « al ikhtilat ul-ansab » : le fait que les enfants ne connaissent pas leur père. Dans certains pays cela concerne trois familles sur cinq. Pourquoi ? Parce que la mère a tellement vu de personnes que l’on ne sait plus lequel est le père.
  • Donner l’héritage à quelqu’un qui ne le mérite pas. C’est quelque chose de très grave. C’est Allâh qui a partagé l’héritage en islam, qui a désigné la part de chacun dans le Coran ( dans la Sourate n°4 « an-nisa »). Personne, ni ton père, ni ta mère, ni un ‘alim (savant) ne peuvent le changer. Et lorsque la fornication se propage et que l’on ne sait pas qui est le père de telle ou telle personne, il se peut que cet enfant ne soit en réalité pas le fils de celui qu’on croit. On va alors lui donner une part d’héritage qu’il ne mérite pas, il aura pris une part qui appartient à quelqu’un d’autre et donc il aura pris al-haram.
  • La disparition de la jalousie dans la société (al ghayra). Dans certains pays musulmans, il y a des villes connues comme étant des villes de fornication au point où quand par exemple tu es en famille tu n’oses pas parler de cette ville. Tu ne peux pas, tellement elle est connue pour le haram et le zina. On voit dans ces endroits que c’est le père qui te propose de faire la fornication avec sa fille contre dix dirhams ou autre. Il n’y a plus de jalousie pour sa famille !
  • L’abondance des crimes. Combien y a-t-il de crimes, de meurtres, de dégâts, à cause de la fornication ?
  • « al faqr », la pauvreté.  Comment le zina amène à la pauvreté ? Quelqu’un qui a l’habitude de commettre l’adultère, il ne peut pas arrêter. Alors il lui faut de l’argent pour commettre la fornication, pour se permettre certaines choses comme louer un appartement, une voiture, passer la nuit dans les discothèques…. Il lui faut de l’argent pour le haram. Quand il n’a pas d’argent, il va emprunter, puis voler puis va avoir des dettes qu’il ne pourra pas rembourser.

Et c’est pire s’il a connu ce que l’on appelle « un coup de foudre » pour une femme, il peut vendre sa maison, sa voiture, même ses parents s’il le faut !

Il y a des jeunes, lorsque tu leur parles du mariage, qui te disent qu’ils n’ont pas assez d’argent, qu’ils ne se sentent pas prêts, pas le sens de la responsabilité… Quel âge ont-ils ? 24, 25 ans, ils travaillent, ils ont un appartement et ils disent qu’ils ne sont pas encore prêts !

Et quand est-ce que tu seras prêt ? Quand tu seras dans le feu de jahannam ? Qu’est-ce que tu attends mon frère ? Tu as un travail et un appartement, qu’est-ce que tu veux ? Tu veux le haram, tu veux la fornication. Tu veux rester comme un loup dans les rues, suivre les filles, commettre le haram, c’est cela que tu veux. Mais te marier dans le halal, ça tu ne veux pas. Tu veux rester libre, tu es content comme ça… Mais n’oublies pas qu’un jour on le fera avec ta fille et avec ta sœur et avec ta mère.

  • Les maladies. L’exemple le plus connu c’est le SIDA et le SIDA arrive à cause de la fornication, pas à cause d’un singe dans un village perdu en Afrique. La cause de sa propagation, c’est la fornication.

Soubhan Allâh ! Au moins dites que c’est vrai. Reconnaissez que c’est la fornication qui propage cette maladie qui n’existait pas auparavant et dites que pour l’arrêter, il faut arrêter la fornication. Mais on ne vous dit pas ça. On vous dit, « prenez les préservatifs », « les précautions médicales »… Faites la fornication mais soyez civilisés dans votre péché ! Commettez le haram mais soyez propres dans le haram ! Mais le haram est une impureté ! Et l’islam, qu’est-ce qu’il te dit ? Il te dit : arrête les chemins qui mènent au péché.

Le Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  a dit que le jour où le zina se propage dans une cité, le châtiment d’Allâh s’abat sur tout le monde. Alors Aisha(radhiallahu anha) a demandé : « Même sur les gens honnêtes parmi eux ? » et le Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  a répondu : « oui ».

  • La fornication tue la pudeur. Celui qui fait le zina perd sa pudeur et la pudeur va avec la foi et la pudeur est une branche de la foi comme le dit le Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  .

Une femme ou un homme qui n’a pas de pudeur devient comme une machine à faire des péchés, un danger public.

Le Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  dit qu’un père ne peut pas obliger sa fille à se marier et il doit lui demander son consentement. Si cette femme a déjà été mariée auparavant, elle peut répondre et dire « je veux » ou « je ne veux pas ». Mais pour la jeune fille jamais mariée, comme elle a encore plus de pudeur, c’est son silence qui informe de son accord pour être mariée à un tel. C’est la pudeur qui fait ça. Mais aujourd’hui, où est passée cette pudeur ?

Et c’est pour cela qu’aujourd’hui on essaie par tous les moyens de casser la pudeur, à partir de l’enfance. Quand on prend des enfants filles et garçons, qu’on les déshabille les uns devant les autres, soit disant pour qu’ils s’expriment, qu’ils s’épanouissent… C’est fini, on casse la pudeur et après cela il faut s’attendre à tous les dégâts.

Donc pour quelqu’un qui commet la fornication, c’est fini, il n’y a plus de pudeur.

  • L’abondance des enfants illégitimes. Imaginez une communauté où il y a des enfants « bâtards » par centaines ou par milliers. Et même, les gens qui pratiquent la fornication, en plus de cela, tuent les enfants issus de cette fornication. On parle des musulmans. Un musulman (un de ces loups) s’est mis avec une jeune convertie et comme elle ne connaissait rien de l’islam. Il lui a dit, après avoir commis la fornication avec elle, lorsqu’elle a commencé à porter le hijab et lui a demandé un mariage islamique, qu’en islam, « tu peux avorter sans problème ».

Elle, elle ne sait rien. Elle est venue demander al hamdulillâh, alors que lui préparait un autre mariage avec une de ses cousines.

Donc il a utilisé cette jeune convertie pour le haram, pour ses passions. Elle est devenue enceinte et en plus de la fornication il voulait la faire avorter à cinq mois de grossesse. Tuer une âme en plus de commettre la fornication, pourquoi ? Pour assouvir les désirs de Monsieur Loup ? Et même un loup est mieux que lui, que Dieu nous préserve !

  • La colère d’Allâh. Le Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  dit dans un hadith : « Là où la fornication devient abondante, le peuple aura encouru la colère d’Allâh . »

Aujourd’hui, la fornication est devenue un droit. Des musulmans qui ouvrent les portes à l’adultère et à la fornication et commettent cela !

  •  Les perturbations psychologiques chez les enfants et chez ceux qui commettent la fornication

Il y a des statistiques qui montrent que beaucoup de gens qui commettent la fornication meurent par crise cardiaque au moment de la fornication dans les pays musulmans. L’homme, qui a tellement peur car sait que ce qu’il fait n’est pas bien, qu’il est en train de trahir sa religion, sa famille, son épouse, ses frères et sœurs musulmans, meurt de crise cardiaque.

Un enfant qui ne connaît pas son père, comment va-t-il grandir ? Un enfant que l’on insulte de « bâtard », comment va-t-il se sentir ?

Tout cela vient de la fornication. Il y a bien d’autres dégâts mais c’est sur un dernier point que je vais m’arrêter.

La fornication qui est un grand péché avec une peine très forte en islam, avec des conséquences très graves; devient encore plus grave dans certaines situations. Et à partir de textes du Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  on peut saisir clairement la différence.

♦ Faire la fornication avec une femme mariée est plus grave encore que de le faire avec une femme célibataire.

♦ Le fait de commettre l’adultère avec une femme faisant partie de ses proches, est encore pire dans le péché.

♦ Celui qui commet l’adultère avec sa voisine fait partie de ceux à qui Allâh n’adressera pas la parole le Jour du Jugement. Cela fait partie des plus grands péchés après le shirku billâh (l’associationisme). Le voisin qui a placé sa confiance en toi, tu le trahis. Le Prophète a cité ce péché à côté du shirku billâh.

♦ Pour quelqu’un qui est âgé, la fornication devient encore plus grave pour lui. Le Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  a dit qu’Allâh n’adressera pas la parole à trois sortes de gens : Un vieux fornicateur, un pauvre orgueilleux et un roi qui ment à son peuple.

Oh! frères et sœurs réveiller vous avant que la mort ne vous réveil

  •  Obéisser à Allâh et à Son Prophète.
  •  Se marier dès qu’on en a l’occasion. Une fois que tu as les moyens, n’attends pas.

C’est une recommandation du Prophète (sallallahu alayhi wasallam)  . Mais on n’éduque pas nos enfants dans cette voie là, à être des bons musulmans. On trouve ça étrange aujourd’hui un jeune ou une jeune qui, à 17 ou 18 ans veut se marier.

Il y a quelques années, dans les écoles, ils ont sondé certains jeunes, garçons et filles, (de 12, 13 ou 14 ans) et ils se sont rendus compte que beaucoup d’entre eux avaient eu au moins une fois ce qu’ils appellent l’expérience de commettre la fornication. On doit aider nos frères et nos sœurs à se marier et ne pas leur dire que non, ils sont encore jeunes, qu’il faut qu’ils profitent de leur liberté.

  •  Eviter toutes les causes que j’ai citées tout à l’heure.
  •  Faire beaucoup de du‘as : demande à Allâh de te préserver du haram. Ce n’est pas parce que tu ne l’a pas faite jusque là que c’est bon, que tu ne tomberas jamais dans ce péché.
  • Le jeûne : certainement, tu feras face au péché.
  • Évitez les endroits où il y a la tentation. Évitez de vous promener dans les endroits où il y a le haram.

Wa Allâhou A’lam ! Et Dieu est Plus Savant !

Compilé et publié par : Abou Adullah

About Bismillah Administrateur